Pianiste en Nord-Isère
Pour vos soirées, mariages, vernissages...

Les reprises d’oeuvres classiques

samedi 9 juin 2012










 Bien ou mal ?

Transformer la musique classique est-ce un sacrilège ?

La frontière entre le bien et le mal en musique est définie pour chacun selon sa propre culture musicale.

Reprendre de la musique classique pour en faire autre chose de plus moderne ou non, peut être vu comme un exercice de style pur et simple, sans originalité, qui n’apporte rien de nouveau, rien d’enrichissant et de beau en somme.

Pourtant si l’on considère que le compositeur n’est pas forcément le meilleur interprète de sa géniale composition, cela ouvre le champ des possibilités.

En classique, d’un interprète à l’autre et sur une même oeuvre les nuances et le tempo peuvent étonnamment varier, et le public classique ne s’en offusque pas pour autant, l’interprétation personnelle d’une oeuvre étant louable et attendue s’il en est.

L’interprétation pourrait donc ne pas se limiter seulement aux nuances et au tempo, dans le respect stricte de l’écriture du morceau, mais dépasser le cadre restrictif de l’arrangement original en le déclinant autrement et dans un autre style.

Je vous propose de découvrir par vous-mêmes le bien fondé de cette démarche de réarrangement dans les vidéos suivantes.

Le premier exemple ci-dessous du prélude en mi mineur de Frédéric Chopin est tout particulier pour moi, car quand j’avais dans les quatorze ans, j’ai découvert d’abord l’arrangement de Gerry Mulligan sans avoir connaissance vu mon manque d’expérience musicale de l’oeuvre de Frédéric Chopin, j’avais d’ailleurs confondu en plus le saxophone avec du trombone, c’est vous dire la gravité des choses ! Pour autant je ne me suis pas posé la question de savoir si c’était du classique transformé ou non, j’ai juste aimé, et c’est la véritable réponse à la question du sacrilège : un arrangement réussi et légitime doit passer inaperçu...


 Frédéric Chopin - Prélude en mi mineur Op. 28 N° 4

 

OriginalReprise

Au piano par Francois-René Duchable


Au saxophone, par le Gerry Mulligan Sextet, version bossa, avec un arrangement magnifique

Par Tom Jobim, l’oeuvre requalifié "Insensatez" ou encore "How Insensitive", que l’on trouve dans le Real Book, l’incontournable bible des Jazzmen ! Quand on joue brésilien cool en jazz, Tom Jobim est incontournable (The Girl From Ipanema, Chega de Saudade, Desafinado, Wave, et j’en passe...).

Sous le titre Insensatez, le prélude en mineur a été repris par Franck Sinatra lui-même, Judie Garland et bien d’autres.


 Aram Khatchatourian - Andantino

 

OriginalReprise

Au piano


Sous le titre "Charlotte For Ever" par Serge Gainsbourg. Je vous revois à ce sujet à l’excellent article de gainsbourg.net et vous découvrirez combien Serge Gainsbourg a su s’approprier à notre insu et avec goût nombre de musiques du répertoire classique.


 Jean-Sébastien Bach - Prélude en Do majeur BWV 846

(du clavier bien tempéré)

OriginalReprise

Au piano


Sous le titre Ave Maria de Gounod, et interprété par Nana Mouskouri. Charles Gounod (1818-1893) a en son temps rajouté une voix chantée par dessus le morceau de piano original. L’Ave Maria ainsi née est une chanson très connue dans les églises pour les mariages, bien qu’elle ne fut pas à l’origine conçue à cet effet. Dans la version de Nana Mouskouri, un fond de violons se rajoute pour soutenir les accords. Ce n’était pas le choix le plus représentatif pour l’Ave Maria, mais il faut bien découvrir un peu.

Voici une version plus contemporaine par la chanteuse Maurane. Pour cette session Maurane chante à capella les premières mesures.


 Jean-Sébastien Bach - Prélude n° 2 BWV 847 en ut mineur

(Issu du clavier bien tempéré)

OriginalReprise

Au clavecin par Gustav Leonhardt

Au piano, par Glenn Gould, très personnelle.


Par Jacques Loussier qui à partir des années 60 s’est illustré en se spécialisant dans les reprises de Jean-Sébastien Bach en version Jazz. On appréciera ou pas la transformation, chacun ses goûts, mais personnellement je trouve celle-ci bien réussie passée l’intro un peu "space".


 Jean-Sébastien Bach - Fugue n° 2 BWV 847 en do mineur

(du clavier bien tempéré)

OriginalReprise

Au piano


Interprétation vocale et géniale des Swingle Singers

Répondre à cet article



 

Remerciements à mes partenaires.